Le concept de “motricité libre” vient d’une pédiatre hongroise, Emmi Pikler, qui dirigeait une pouponnière doublée d’un centre de recherche et de formation à Budapest. Aujourd’hui, cette approche revient à la mode dans le milieu de la petite enfance notamment parce que ses travaux sont validés et complétés par les recherches actuelles en Neurosciences.

Emmi Pikler découvre que lorsqu’on laisse évoluer l’enfant de manière libre et autonome, ses capacités globales sont bien meilleures.

Le bébé n’a pas besoin d’apprendre à se retourner, à s’asseoir, à faire du quatre pattes ou à marcher, c’est lui qui va trouver le chemin pour y parvenir, quand sa musculature et son système nerveux seront suffisamment matures.

La motricité libre en 4 principes

Principe 1

C’est au sol que le bébé se prépare pour toutes les postures et tous les modes de déplacement à venir.

Principe 2

Choisir des vêtements et des chaussures souples et proposer des temps pieds nus et sans vêtement facilitent le développement moteur.

Principe 3

 Le bébé n’a pas besoin d’apprendre à s’asseoir et à marcher, il doit trouver lui-même la manière d’y parvenir.

Principe 4

L’enfant est un partenaire actif au cours des soins.

Vous souhaitez en savoir plus sur les principes de la motricité libre

Vous êtes professionnel(le) de la petite enfance et vous souhaitez diffuser la motricité libre auprès des parents

Vous pouvez télécharger gratuitement le poster des 4 principes de la motricité libre !

Dans mes ateliers et formations, j’aborde la motricité libre du point de vue des Neurosciences, c’est ce qui fait leur originalité.

Les Neurosciences sont les sciences qui étudient le système nerveux.

Le système nerveux est le chef d’orchestre du corps, il commande les fonctions vitales (respiration, digestion, etc…), motrices, sensorielles, intellectuelles et affectives. Les Neurosciences cognitives s’intéressent en particulier aux liens entre le cerveau et le comportement.
Les Neurosciences montrent que la petite enfance est primordiale pour le reste de la vie. Le cerveau du jeune enfant est extrêmement malléable : entre la naissance et 5 ans, entre 700 et 1000 nouvelles connexions se créent à chaque seconde.

Ainsi, chaque image, chaque interaction, chaque événement modifie le cerveau en profondeur et d’autant plus que l’enfant est jeune.

Ce qui est merveilleux, c’est qu’au moment où le cerveau a besoin de cette multiplication de connexions pour se structurer, l’enfant est dans une phase d’exploration intense : il est en train de collecter des millions d’informations sur son corps et son environnement.

C’est pour cette raison que la motricité libre est fondamentale.

Les bénéfices de la motricité libre sont multiples, les principaux étant l’autonomie du bébé dans ses moments de jeu dès les premiers mois de sa vie et la coopération précoce de l’enfant, notamment pour le change et l’habillage.

Les jeunes enfants ainsi accompagnés sont plus prudents car ils acquièrent une excellente connaissance de leur corps, ils se caractérisent par une aisance corporelle, un esprit d’initiative et une personnalité créative.

Autonomie  Estime de soi   Coopération   Prudence  Aisance corporelle   Créativité  Esprit d’initiative

Se former à la motricité libre

Malgré cette quantité de connaissances, d’expériences et d’observations de terrain, le concept de motricité libre est encore aujourd’hui mal compris, souvent détourné de son sens d’origine (on pense par exemple que motricité libre signifie que l’on doit laisser l’enfant faire ce qu’il veut ou encore qu’il faut bannir les parcs) et on perd finalement l’essence du travail d’Emmi Pikler.

La motricité libre c’est une manière d’aborder le développement moteur de l’enfant qui va être permise par une posture spécifique des adultes qui s’occupent de l’enfant dès les tout premiers mois de sa vie.

La motricité libre s’applique dans tous les aspects du quotidien même les plus pragmatiques : les repas, le change, le bain, le jeu, le sommeil etc… Elle nécessite que l’adulte soit conscient de son rôle et des limites de son rôle.

Elle implique un environnement matériel adapté et une prise de conscience du potentiel de l’enfant à chaque étape de développement pour lui proposer l’autonomie dans ses activités du quotidien dès le moment où il en est capable.

Dans mes ateliers et programmes, je vous propose une synthèse de l’ensemble des recherches scientifiques autour de la motricité libre, à travers des conférences vivantes, ludiques et interactives régulièrement actualisées au vu des dernières avancées en Neurosciences.

Je rends accessible ces connaissances théoriques en les vulgarisant sans en détourner le sens original et en les illustrant par de nombreux cas concrets rencontrés dans la vie quotidienne en structure petite enfance ou dans les foyers.