21 Apr, 2021 | Motricité libre | 0 comments

La motricité libre dans l’eau à la maison et en collectivité

Motricité libre | 0 comments

Chloé

Written by Chloé THYRION

La motricité libre en milieu aquatique est naturelle pour l’enfant qui a passé 9 mois immergé dans le liquide amniotique.
La poursuite de cette aventure aquatique après la naissance est source de nombreux bénéfices pour lui : la confiance en soi, le plaisir ainsi que l’aisance et la prudence dans l’eau.
Au-delà de ces avantages, la motricité libre en milieu aquatique va booster le développement psychomoteur des enfants et plus tard, l’apprentissage de la nage sera facilité.

Comment pratiquer la motricité libre dans l’eau ?

Le bain libre

Le bain libre peut être initié entre le 2e et le 4e mois, dès que vous sentez que le bébé pourra vraiment en profiter et l’apprécier.

Dans une pièce à température adaptée, on place au fond de la baignoire une serviette éponge ou un tapis antidérapant. Le bébé est placé couché sur le dos dans quelques cm d’eau (jusqu’aux oreilles) et on le laisse libre de ses mouvements. Les premières fois, vous poserez une main sur lui pour le sécuriser et vous pourrez par la suite le laisser évoluer complètement librement, tout en restant juste à côté de lui, quel que soit son âge.

Vous ne vous lasserez pas de le regarder barboter, pédaler, parfois même ramper et se retourner pour la 1ère fois dans le bain !

Motricité libre en pataugeoire, en piscine ou à la mer

Le principe de base de la motricité libre en milieu aquatique, c’est que vous êtes la meilleure sécurité pour votre bébé.

Il existe une myriade de dispositifs qui aident à sécuriser l’enfant. Toutefois, que vous les utilisiez ou pas, vous devez toujours rester extrêmement vigilant et à une distance permettant une intervention immédiate même si le bébé n’est que dans quelques centimètres d’eau. 

Un des grands principes de la motricité libre, c’est de toujours mettre l’enfant dans une position qu’il est capable de prendre seul. L’idée va donc être de laisser l’enfant évoluer à son propre rythme, naturellement et avec le moins d’entrave possible. C’est à nous de proposer un environnement qui va favoriser son autonomie et sa sécurité. 

Ainsi les pataugeoires seront source d’expériences et d’apprentissages pour l’enfant car elles vont lui permettre d’évoluer librement et de ré-apprivoiser en toute autonomie son corps et ses propriétés en immersion. 

Lorsque les bébés ne se déplacent pas encore ou dans les endroits où les plus grands n’ont pas pieds, on les accompagnera puisqu’ils ne savent pas encore nager. L’accessoire idéal sera alors les bras de l’adulte pour garantir leur confort et leur sécurité.

Lors des premières baignades, vous pouvez commencer par porter l’enfant sur votre hanche  et entrer doucement dans l’eau. Quand vous êtes tous les deux à l’aise, vous pouvez l’allonger.

En tant qu’adulte, nous avons tendance à maintenir les enfants dans l’eau à la verticale mais il est bon au contraire, si le bébé n’a pas froid, de privilégier l’horizontalité : quand l’enfant est à l’aise, vous pouvez l’allonger sur le dos, en position de l’étoile de mer avec une main grande ouverte placée sous sa nuque. On le laisse alors bouger librement tout en gardant le contact.

Par la suite, l’enfant devrait trouver lui-même son équilibre. On va le sécuriser en le laissant utiliser nos mains comme une surface d’appui (et non comme des flotteurs). On peut lui expliquer qu’il faut qu’il sorte le nombril de l’eau. Quand il sera en confiance dans cette position vous pourrez lui proposer la position ventrale.

L’immersion complète

Jusqu’à 10 mois environ les bébés savent retenir leur respiration sans réfléchir : c’est le réflexe d’apnée. Si vous êtes à l’aise, vous pouvez donc faire de petites immersions complètes de 3 secondes maximum. Vous lui expliquez avant ce qu’il va se passer et au départ vous descendez sous l’eau avec lui.

Après 10-12 mois, vous expliquerez à l’enfant qu’il faut retenir sa respiration et vous l’accompagnerez en l’invitant à mettre son visage dans l’eau progressivement : en premier la bouche (vous pouvez lui montrer comment faire des bulles en soufflant), puis le nez et enfin les yeux.

Les systèmes de flottaison

On peut très bien pratiquer la motricité libre et utiliser des systèmes de flottaison. Ce sera d’ailleurs bien utile par exemple si l’on a plusieurs enfants à surveiller.

En revanche, on va choisir des accessoires qui permettent de conserver une liberté de mouvements tout en garantissant une certaine sécurité. « Certaine » car il faut garder en tête qu’en enfant peut se noyer même avec un système de flottaison : celui-ci ne remplace en aucun cas la présence d’un adulte vigilant à proximité de l’enfant.

Voici les accessoires que l’on peut conseiller :

  •  Pour les plus jeunes, les bouées qui placent le bébé en position quasi horizontale (type swimtrainer)
  • Un peu plus tard, la frite autour du corps accrochée à ses extrémités par un connecteur qui coulisse
  • Et enfin une ceinture avec quelques flotteurs dans le dos ou un aileron (type swimfin) qui se fixe également dans le dos : il est intéressant car il permet une bonne liberté de mouvement et place l’enfant dans une position adaptée pour la nage. On peut l’utiliser à partir de 18 mois-2 ans si le bébé est bien à l’aise dans l’eau et qu’il est habitué aux immersions complètes. On peut éventuellement le coupler avec une frite ou une planche pour que l’enfant puisse plus facilement maintenir sa tête hors de l’eau.

Bonnes baignades 😉

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Pour recevoir nos articles dans votre boîte mail

12 + 2 =

Related Articles

Related

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.

Poster img

C'EST OFFERT !

Le poster des 4 grands principes de la motricité libre

Bienvenue!